Search

Dialogue entre l'Univers et moi

Updated: May 2

Écrire est un excellent moyen pour moi de mettre des mots sur les énergies qui m’habitent. Ceci me permet, entre autres, de prendre conscience des limitations qui m’empêchent de clarifier les possibilités que je suis en train de vivre. Te sens-tu à l’envers dernièrement ? Y a-t-il un combat en toi entre le nouveau qui est présent (d’où l’inconfort) et l’ancien qui te force à rester dans une réalité insatisfaisante ? Si c’est le cas, je t’invite à lire ce blog! Et si ça te dit, laisse-moi savoir si tu te reconnais dans ceci. Bonne lecture !



Moi : Cher Univers,


Qu’est-ce qu’il faudrait pour être à l’aise dans l’espace dans lequel je suis en ce moment ? J’aime l’idée de ne pas travailler autant et je ne me sens pas à l’aise de désirer ceci.


De plus, je n’ai aucune idée de ce que la prochaine étape de ma vie aura l’air. Je pose des questions et je ne reçois pas de prises de conscience de ce qui est requis pour mon futur. J’ai l’impression que si je ne sais pas, c’est mal. Je me dois de faire quelque chose de ma vie. Je me dois de savoir ! Sinon, ma vie tournera en ruines ! OKAY, c’est lourd lorsque je l’écris, c’est un mensonge.


Je viens de réaliser que je n’ai pas à avoir conscience à quel moment et de quelle façon les événements, les gens, les situations se présenteront, car toi, Univers, tu t’en occuperas. Comment les choses arriveront ne m’appartient pas, mon mental (ou ego) n’a pas la capacité de me guider pour mon futur.


Alors, pourquoi faire du sang de cochon pour quelque chose qui ne relève pas de ma compétence ?


Et si je ne recevais pas de l’Univers ?


Et si ce qui était requis pour moi en ce moment correspondait à passer à l’action ?


Univers : Tu as appris dans toutes tes études de coaching et dans bien d’autres classes que passer à l’action s’avérait la réponse appropriée presqu’à tout. Mais tu as souvent utilisé l’action pour te distraire, pour fuir ce que tu vivais intérieurement. Combien de fois t’es-tu fait croire qu’en passant à l’action, tu faisais ce qui était requis et tu as réalisé par la suite que les actions prises t’avaient apporté peu et que, parfois, il fallait recommencer ce que tu avais décidé être l’action requise ? Es-tu prête à faire face à ce que tu as refusé de regarder depuis déjà plusieurs années ?


Moi : J’ai l’impression que si je fais ceci, je ne serai pas une coach efficace.


Univers : Et si tu devenais une coach encore plus efficace ?


Moi : Ça crée une ouverture en moi ! Merci pour ceci ! :) Faire consciemment le choix d’agir autrement m’ouvrira à une réalité différente. Mais l’impression de faire moins que d’habitude est encore difficile pour moi.


Univers : Et si c’était ce qui était requis en ce moment ? Il y a un temps pour chaque chose, tu sais. Est-ce le moment pour toi de t’ouvrir à recevoir la guidance pour la prochaine aventure dans ta vie ?


Moi : Oui, mais comme je ne l’ai pas reçue encore, j’ai tendance à croire que je l’ai loupée… c’est une histoire que mon mental (ego) tente de me laisser croire et, en même temps, le moment est proche pour moi de la recevoir !


Univers : Te sens-tu, par hasard, mal parce que ta vie semble tellement plus facile que celle des autres ?


Moi : Oui.


Univers : N’est-ce pas ce que tu voulais, une vie d’aisance ?


Moi : Oui, bien sûr ! Mais j’ai l’impression que parce que je travaille moins, ma valeur n’est plus la même.


Univers : Parce que ta valeur est reconnue par ta quantité de travail ?


Moi : Oui, et la quantité d’effort que j’y mettais.


Univers : Donc, ton identité n’est pas reliée à l’être que tu es, mais plutôt lorsque tu fais et comment tu le fais ?


Moi : Bon point !


Univers : Au fil des deux dernières années, tu as appris à être plus calme, à avoir l’esprit plus en paix, à relaxer et à apprécier la vie. Pour toi, est-ce que tout ceci correspond à une perte de temps et que tu n’as rien créé ?


Moi : Avant, je me permettais ceci seulement lorsque j’avais fait du bon boulot, un peu comme si je le méritais après avoir fait un effort.


Si je comprends bien, tu es en train de me dire que je peux relaxer, être calme et paisible et apprécier la vie, et ce, même si ma vie n’est plus ce qu’elle était, même si je ne fais plus ce que je faisais et, surtout, même si je ne passe plus à l’action de la même façon qu’avant ?


Univers : Yep !


Moi : ???


Univers : Désires-tu une vie différente ?


Moi : Tu sais bien que oui !


Univers : Agir différemment te permettra de nourrir des énergies différentes !


Moi : Je sais, mais de là à ne plus me forcer, ce n’est pas évident.


Univers : Es-tu prête à passer à l’action différemment ? Es-tu prête à arrêter de choisir des comportements qui ont pour résultat de te créer une réalité que tu ne désires plus ?


Moi : Que veux-tu dire ?


Univers : Laisse-moi te rappeler quelque chose : tu passais à l’action et les résultats ne correspondaient pas à ce que tu sais possible.


Moi : Oui, c’est bien ça.


Univers : Donc, désires-tu passer à l’action pour obtenir les mêmes résultats (ceux qui sont créés en te forçant à faire quelque chose) ou veux-tu passer à l’action pour t’ouvrir à créer des résultats différents ?


Moi : Vu sous cet angle, j’avoue que je préfère la deuxième alternative.


Univers : Tu tentes de vouloir maintenir en place une structure qui n’a plus sa place. Désires-tu vraiment te forcer à faire quelque chose ?


Moi : À dire vrai, non. Mais je t’avoue que c’est bizarre pour moi de ne plus forcer.


Univers : Es-tu prête à laisser tomber une approche à la Vie qui ne semble plus fonctionner pour toi ?


Moi : C’est comme si tu me demandais de me défaire de ce que je connais sans connaître ce qui suivra ?


Univers : Tu as tout compris !


Moi : Tu me demandes de lâcher prise sur ce à quoi je m’accrochais pour créer ma vie. Ne plus forcer pour moi signifie de laisser tomber quelque chose qui, jusqu’à aujourd’hui, me laissait croire que je faisais l’action appropriée pour me garantir la sécurité de ne pas faire d’erreur. Mais cette attitude me gardait dans une vie petite. En fait, elle me maintient en constant état de survie. Et j’ai conscience que ce n’est pas à partir de l’état de survie que je créerai ma vie de rêves.


J’ai l’impression que tu me demandes de laisser aller le cœur de ce qui vit en moi, le centre de ma façon d’être en relation avec la Vie. Mon intention première, quoi !


Est-ce bien ce à quoi tu m’invites, sans que je sache où ce changement va m’amener ?


Univers : Oui, c’est bien ça. Et j’honore ton courage de regarder ceci en face avec une telle ouverture !


Moi : En fait, tu me demandes de laisser aller le contrôle sur la Vie. Pour moi, passer à l’action était, entre autres, ma façon de contrôler la Vie. Quand je choisissais ce qui créait plus pour ma vie et pour un futur plus grand, bien que je l’aie fait la plupart du temps à partir de la Conscience, dans l’arrière-plan, c’était encore mon désir de ne pas faire d’erreur qui était en place. Choisir à partir de la Conscience était fait à partir de faire la bonne chose en vue de ne pas faire d’erreur.


Donc, tu m’invites à me dénuder de ce voile de contrôle qui était mon illusion de sécurité et qui me gardait dans la petitesse.


Univers : Tu m’enlèves les mots de la bouche !


Moi : Cette possibilité crée de l’espace… mais j’ai la trouille.


Univers : Tu me fais penser à quelqu’un juste avant de sauter en parachute ! Es-tu prête à faire confiance que je serai là pour t’accueillir ?


Moi : Ouf ! Qu’est-ce qui me dit que tu seras là ?


Univers : Qu’est-ce qui te dit que je n’y serai pas ?


Moi : Je n’avais jamais pensé qu’il viendrait un moment où me dépouiller ainsi de cette habitude serait requise pour m’ouvrir à plus grand. Et, en même temps, Deuh!!! bien sûr, c’est ce qui est requis.


Univers : Es-tu prête à t’ouvrir à cette possibilité ?


Moi : Celle où j’ai l’impression de tomber dans le vide ?


Univers : Celle, au lieu de t’identifier à passer à l’action en vue de faire quelque chose pour créer un résultat, tu t’identifies à quelqu’un qui s’ouvre à être plus.


Moi : J’ai entendu ceci avant… peux-tu m’en dire plus ?


Univers : Être qui tu es vraiment est l’ultime invitation pour attirer à toi ce que tu désires, avec aisance et légèreté. « Être » te permet de t’aligner avec les possibilités qui sont prêtes à prendre soin de toi et à ouvrir les portes devant toi pour que les gens ainsi que les situations apparaissent.


Tu as été créée pour être toi, l’être que tu es vraiment qui vit sa divinité dans l’aisance et la légèreté. Et crois-tu que ta vie deviendrait plus difficile si tu te permettais d’être qui tu es ?


Moi : Mon esprit logique a tenté de me faire croire le contraire.


Univers : Dans le passé, lorsque tu créais ta vie, dans quelle énergie étais-tu ?


Moi : Dans mes classes, j’étais calme et à l’aise, mais pour le reste, je fonctionnais souvent à partir de la contraction.


Univers : La contraction est-elle une énergie de l’être que tu es vraiment ?


Moi : Bien sûr que non ! Ben, elle fait partie du tout, mais en tant qu’être infini, je ne choisirai pas cette énergie, ça c’est certain.


Univers : Et désirais-tu, à partir de cette énergie de contraction, créer une vie plus grande ?


Moi : Je crois que oui et je réalise qu’il n’y avait aucune congruence entre l’énergie de la vie que je sais possible et cette contraction.


Univers : En effet, vivre dans la contraction ne fait que te permettre de recevoir des possibilités d’une expansion limitée. Bien que certaines aient été appréciées et qu’elles aient agrandi ta vie (parce que tu ne fonctionnais pas seulement qu’à travers la contraction), tu savais, même à ce moment-là, qu’il y avait des possibilités plus grandes disponibles pour toi.


Moi : En effet.


Univers : Le processus dans lequel tu évolues en ce moment est, j’en conviens, très inconfortable. Tu es en train de t’ouvrir à de nouvelles énergies auxquelles tu n’as aucun point de repère. De plus, il t’est demandé d’arrêter de juger ce que tu jugeais de toi pour t’ouvrir aux possibilités qui sont disponibles maintenant, mais parce que tu te jugeais, tu n’étais pas consciente de ces possibilités. Très déstabilisant comme processus et, en même temps, nécessaire et requis pour la création d’un nouveau futur.


Moi : Merci de prendre le temps de m’expliquer ceci de cette façon ! Quand je me retrouve dans cet espace d’aucun point de repère, la première impression est cette sensation d’être perdue, d’être en tort et de croire que je fais fausse route alors qu’en fait, je m’ouvre à recevoir des énergies nouvelles. Du moins, c’est ce que j’entends dans ce que tu dis.